Le monde des aidants

LE MONDE DES AIDANTS

Quelle politique pour les aidants familiaux ?

LE DOSSIER
Formations

FORMATIONS

Formation pour les Aidants Familiaux et Professionnels

NOS FORMATIONS

DES SERVICES POUR LES AIDANTS

Salon des services à la personne

SE FORMER POUR MIEUX AIDER
La dépendance

LA DEPENDANCE

5 ème risque dépendance : et les aidants Familiaux ?

NOTRE DOSSIER
Le Forum

LE FORUM

Le Forum pour tous les aidants

LE FORUM
   

Aidants parfois Autistes !

05/04/2013 « La caractéristique des aidants familiaux, c’est d’être autiste aux aides qui leur sont proposées », se désole Pascal Jannot, directeur de la Maison des aidants de Bergerac, créée dès 2008.
 D’après lui, l’aidant familial n’a pas identifié ses propres besoins et ne répondra donc pas aux sollicitations concernant les aides ou solutions qui pourraient venir améliorer son quotidien. Pourtant les initiatives se multiplient, de la part des associations mais aussi de banques ou d’assureurs.
Aujourd’hui les besoins des aidants familiaux sont clairement identifiés : il est admis que leur rôle impacte leur vie sociale, professionnelle et de famille. Le matin avant de partir au bureau, il faut planifier la journée avec l’intervention des professionnels, faire les courses pour la personne aidée.
Les chiffres peuvent varier mais en moyenne, autour de la maladie d’Alzheimer, un aidant familial consacre cinq ou six heures par jour au proche aidé.

« Aujourd’hui la caractéristique de l’aidant c’est qu’il ne s’octroie aucune imite de temps, d’organisation, de compétence, estime Pascal Jannot. Quand nous le pouvons, nous expliquons, lors de nos formations, que rien n’oblige les aidants familiaux à assumer leur rôle au point que leur propre vie en soit négativement impactée, qu’ils négligent leur travail, leur conjoint ou leurs enfants. Les aidants vont s’occuper du matin au soir d’un proche parce qu’ils ne savent pas qu’ils ont la possibilité de faire appel aux professionnels. D’ailleurs certains ne cherchent même pas à le savoir car inconsciemment ils ne veulent pas être aidés. La gangrène de l’aidant familial s’appelle la culpabilité. Ils se sentent obligés de s’occuper du proche atteint d’une maladie. Pourtant 80% du temps de l’aidant, les soins, la toilette, l’aide au repas, pourrait être délégué à des professionnels. »

 

 

   
   

 

 
   
 
 



 
 
   
Toutes les infos des pro
 
 

   

Avril 2014
L M M J V S D
  [1] [2] [3] [4] [5] [6]
[7] [8] [9] [10] [11] [12] [13]
[14] [15] [16] [17] [18] [19] [20]
[21] [22] [23] [24] [25] [26] [27]
[28] [29] [30]        

 
 
PRATIQUES
 
  • Accueil
  • Maladie d'Alzheimer
  • Formations des aidants
  • Missions & audits
  • Dépendance & grille AGGIR
  • Aide aux aidants
  • Aidants familiaux
  • Aidants professionnels
  • FAQ
  • Forum
  • LE SITE DE LA MAISON
     
  • Plan du site
  • Mentions légales
  • Contact
  • Accès aux archives
  • Espace annonceurs
  • La presse et la maison des aidants
  • NEWSLETTER & MENTIONS

  • Abonnez-vous à nos newsletter
  • Réalisé par Bergerac Informatique
  • Artiphp
  • RESEAUX SOCIAUX